Aux antipodes



Fuyant les cadrans
Nos corps aux souvenirs 
De branchages
Agrandissent l'horizon

Nos chemins se cabrent
Pour d'autres 
Commencements




4 commentaires:

  1. Très belle alliance de deux belles photographies qui imposent immédiatement un sentiment d’étrangeté par ce transport au sein de brumes aux gris somptueux qui absorbent le regard.

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens : la bonne terre, feuillage au vent... Qui m'avait planté là ? Je ne me souviens pas. J'aurais voulu, une fois au moins dans mon existence, faire un petit saut de côté, hop ! tandis que personne ne regarde ! Mais ne regrettons rien. J'ai eu ma ration d'air, de lumière, de soleil, que demander de plus ? On m'a même pris en photo : la gloriole ! Mais cette photo, je ne l'ai jamais vue. Tant pis, pourvu qu'elle rende quelqu'un heureux. (C'est un arbre de bonne composition).

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer